Le circuit cliquez  ICI

 150 orteils bien calés dans leur chaussure sont au parking de l’Harmas. Dîtes le nombre de participants ?

Le covoiturage nous dépose sur le parking du village des bories à Gordes dans notre charmant Luberon.

Danièle et Claudet au départ nous proposent quelques exercices d’échauffement avant d’entamer notre parcours, ce qui nous vaut d’être salués par un petit coup de klaxon de la part des usagers de la route, intrigués par le spectacle.

C’est parti ! Les rotules sont dérouillées. Dès le départ nous suivons des murs de pierres alignées à la perfection chapeautés par une rangée d’autres pierres posées à la verticale. A l’origine cette façon de faire était d’empêcher les chèvres de passer par dessus le mur (dixit Robert).

Ici la pierre est sublimée, tout est magnifique. Les bories, les enceintes de propriété, les maisons…..où que l’on tourne la tête, c’est superbe, c’est Gordes. De la pierre et encore de la pierre, il y a même du gaspillage nous marchons dessus.Gordes

Nous gambadons sur d’agréables sentiers tantôt ombragés ou chauffés au soleil. Sur cette randonnée nos gpsmen et cartographe sont mis à l’épreuve il y a valses- hésitations mais chaque fois la bonne direction est reprise. La pause de midi se fait à 13h, nous voulons finir le dénivelé pour ne pas contrarier les estomacs après manger, sage décision.

Une clairière non loin d’une citerne nous accueille pour ripailler, il est temps, les gargouillis de nos boyaux commencent à se faire entendre à 500m à la ronde. (J’abuse peut-être un peu)."Non, non!!!" dit Pierre "je vous ai entendu de Sainte-Maxime".

Nous pouvons repartir, ça va mieux surtout après 3 tournées de potions issues de 3 crus différents. Oups ! Pardon, c’est la digestion. Qu’ils sont sympas ces petits chemins, tout en sifflotant nous progressons avec quelques intermèdes pour quitter les manches longues et jambes de pantalon pour ceux équipés de zip et faire bronzer nos pâles épidermes.

Nous sommes arrivés devant l’abbaye de Sénanque, beaucoup de visiteurs, la ronde des voitures, les arrivants croisant les partants, un car de tourisme se vide de ses passagers chinois amateurs de culture occidentale. En attendant quelques personnes parties chercher des cartes postales à l’intérieur, nous faisons la causette avec 2 messieurs qui sont venus avec leur voiture de collection, un cabriolet Georges Irat de 1939 150 exemplaires encore en circulation et une Citroën C4 DE 192….. ? Vieilles mais belles.

Nous continuons, on croit en avoir fini avec le dénivelé, que nenni, on respire et on souffle bien. Une fois sur le replat nous dominons l’abbaye, une très belle vue qui nous restitue la vraie dimension de cette construction magnifique.

« On ne nous dit pas tout » selon une expression d’Anne Roumanof. Il y a encore de la montée !! « Oh non !! » Mais si, l’encadrement sait parler à la troupe : « ce n’est pas long courage ! »

Quoi de l’escalade ? « Oui mais c’est facile ! » tout le monde comme a chaque fois passe l’obstacle sans problème, question de volonté et surtout pour ne pas être abandonné par les autres. (Hi hi hi !)

Nous débouchons sur la route au niveau du panneau GORDES, nous traversons tout le village qui surplombe un joli et vaste paysage, un régal pour les yeux. La photo de groupe ne peut se faire nulle part ailleurs. Le parking tant espéré est là tout proche, les 150 orteils vont pouvoir prendre l’air après environ 19 km.

Danièle et Claudet clôturent cette belle journée avec de bons exercices d’étirement nécessaires après de tels efforts.

C’était trop bien comme disent les djeuns.

Vivement la prochaine !

A.P