Dimanche 13 mars, ce chiffre porte bonheur n’a pas failli et c’est sous une météo très douce sans vent que se sont retrouvés 15 paires de mollets affûtés au départ de cette randonnée mensuelle.

Trois voitures ont suffi pour nous acheminer à Malaucène, déterminez le nombre de passagers conducteur compris sont embarqués dans chaque véhicule?

Nous démarrons à 9h15 par une petite sente derrière et le long des maisons du village avant de rejoindre le GR4 . Le sol n’est que plaques rocheuses et cailloux mais bien praticable, nous gravissons la pente gentiment et forcément nous prenons de la hauteur. La végétation par endroits éclaircie nous permet de balayer du regard toute une étendue de paysages quelque fois un peu voilés par la brume mais c’est toujours un régal de contempler ces immensités qui nous rappellent que nous sommes tout petits sur notre planète.Malaucne

Nous traversons le serpent bitumeux près du col de la Chaîne pour attaquer un autre versant , en dominant la route nous croisons en contre bas un cycliste en plein effort (ça grimpe pour lui aussi) je le salue mais il ne semble pas être dans les conditions d’entamer la discussion, je ne lui en veux pas.

Nous rencontrons un groupe de randonneurs sympas (pléonasme) qui nous laisse le passage, priorité aux grimpeurs. Ils sont de Bagnols sur Cèze. On ne fait que prendre de l’altitude depuis le départ, les mollets commencent à chauffer encore un petit coup de rein et nous arrivons à midi dans un espace idéal pour le casse-croûte. Qu’il est bon ce soleil on fait sécher les chemises sur les buissons et l’on mange voracement nos sandwichs et divers, il nous faut du carburant pour la suite.

Robert qui reprend du service avec Mireille après une trop longue absence n’en a pas pour autant oublié les us et coutumes. Patrick a lui aussi rejoint la confrérie des druides et nous a copieusement arrosé les sucres sacrés. Pas besoin de sonner du clairon nous nous levons comme un seul homme pour repartir à l’assaut du GR. Un peu de plat mêlé à un peu de descente, c’est bien apprécié pour la digestion. Ce GR est assez fréquenté, nous croisons plusieurs promeneurs, salutations d’usage et la route continue pour tout ce petit monde. Attention ! Une grande flaque d’eau sur toute la largeur du chemin semble nous interdire le passage, nous ne cèderons pas et passerons quand même, il y en aura d’autres que nous contournerons aussi et mon petit côté polisson me fait guetter le dérapage de l’un d’entre nous ce qui serait du pain béni pour mon petit récit. Hélas pas la moindre anecdote marrante à me mettre sous la dent. Peut-être ici au passage à gué de ce cours d’eau chétif ? Et non tout le monde sort sans encombre de ce dernier piège.

- Il reste une dernière ascension assez raide mais courte ! répond André à une inquiète sur les prochaines difficultés. André est un bon vendeur et tout le monde a été rassuré. La côte est en effet assez raide et pas si courte.

De retour sur le parking Danièle et Claudet nous ont encouragés à faire une série d’exercices d’étirements toujours bénéfiques après les efforts physiques. Je pense que ce sera désormais une bonne habitude à prendre. D’autres aventures nous attendent le 10 avril sur les sentiers ardèchois.

Vivement la prochaine !

 

Le tracé   ----->>>>   http://www.openrunner.com/index.php?id=5772469

 

Texte: Alain Plé         Photo: Robert Morel