LES RANDONNEURS DE L'HARMAS

Les Chemins sont notre Domaine

                                                              

C’est exceptionnellement un dimanche qu’Annette nous emmène pour sa sortie mensuelle. Son planning a été modifié suite à notre week-end au Mont Ventoux.

13 est un chiffre porte bonheur et il correspond au nombre de marcheurs en présence. Trois voitures sont affrétées pour rejoindre le terrain de jeu près de Monieux.

La journée s’annonce magnifique, soleil, nature, paysages tous les ingrédients pour sont là, il n’y a plus qu’à en profiter. Nous démarrons par un sentier assez large et caillouteux (GR9) en pente montante presque douce vers le mur de la peste. Une petite halte par-ci par-là pour opérer des regroupements et se mettre à l’aise étant donné la montée de la température de l’air et du corps. Nous profitons de belles vues sur parfois le Ventoux (souvent avec nous) parfois sur les falaises impressionnantes sous une luminosité et un ciel limpide dignes des mois d’été.

Parmi nous se trouve de vrais écolos investis par la mission de curer la planète. Pour ne pas les nommer, il s’agit de Michèle et Claudet tous les deux munis d’une grande poche plastique pour glaner les bouteilles, les divers déchets abandonnés tout au long du chemin par de vilains pollueurs. Je leur dis bravo pour cet effort et cette fibre nettoyeuse dont je ne suis pas encore atteint.

Annette nous demande de rester en file indienne derrière elle pour traverser un territoire peut-être privé à proximité d’une ferme. Ne sachant pas le degré d’agressivité des propriétaires ni de leurs chiens, nous préférons laisser les femmes passer devant. Le terrain de verdure est jonché de pastèques à moitié dévorées et plus loin d’un gros tas prêt à l’être. Pas un seul animal en vue, finalement pas de souci, nous reprenons le chemin balisé.

Il est midi et quart, nous nous installons sur le bas côté pour le pique nique.

A la fin du repas, Pascal assure son service avec dévouement et n’a pas encore pris conscience de son succès en tant que druide, il a de plus en plus d’adeptes et sont flacon devient trop petit.

Pas de temps accordé aux ‘’siesteurs’’, il faut repartir. Je bougonne mais pas trop fort si Annette m’entend je risque une punition. Notre marche s’est faite à bonne allure et nous sommes en avance sur l’horaire. Nous en profitons pour faire un détour vers les aiguiers du champ de Sicaude où quelques jolis ouvrages de pierres sèches cernent la captation d’eau de source autrefois utilisée par les fermiers éleveurs d’ovins. Nous avançons vers un site remarquable et vertigineux où la plus grande prudence est de mise. C’est un grand cirque cerné de falaises abruptes, c’est spectaculaire l’inquiétude s’est emparée des premières personnes à l’avant en ayant dérangés des bêtes qui ont foncé bruyamment dans les escarpements. Il s’agirait d’une paire de chèvres sauvages ?

Retour au parking vers 15h30 et 12 km parcourus. Séance d’étirements orchestrés par Claudet et réembarquement vers la maison.

Merci à Annette, ce fut une belle balade.

Vivement la prochaine !

A.P