LES RANDONNEURS DE L'HARMAS

Les Chemins sont notre Domaine

Aujourd’hui dimanche 18 novembre la rando sera sous haute surveillance.

En effet notre ami Claudet doit mener les randonneurs sur le Navon et les falaises de Donzère en étant supervisé par deux formateurs officiels de la ffrp qui lui attribueront le diplôme S.A2 si la gestion des personnes est correcte durant l’exercice.

Juste avant notre départ pédestre, Claudet rassemble tout le monde et prodigue les conseils de sécurité d’usage, on reste bien en file indienne sur le bord gauche de la route, on attend les ordres avant de traverser, on est vigilant sur le haut de la falaise…..

Nous pouvons maintenant partir pour réaliser cette boucle de 17 km. Pascal notre druide disciple de Robert Morel est désigné volontaire pour être serre-file.

Il fait froid et même si le corps se réchauffe dans l’effort, les passages exposés au vent ne nous autorisent pas à quitter les vestes. Les 23 marcheurs serpentent sur le sentier en gravissant la pente jusqu’à atteindre les fameuses falaises. Nous avons vu sur notre chemin deux ou trois salamandres inertes certainement victimes du froid. Quelques arrêts sont programmés par Claude Clément et Charles Ripert les deux formateurs pour faire intervenir notre leader sur tel ou tel cas de blessure, les mesures à prendre, les bons gestes, nous avons tous profités des conseils et de la conduite à tenir en cas de pépin.

 

Nous nous arrêtons sur un versant exposée au soleil pour déballer notre cantine, on est bien installé la ronde des friandises se met en place après l’engloutissement des sandwichs et salades et l’apothéose avec la petite dose bienfaitrice de Pascal le druide apprenti qui devra un jour lui aussi passer son examen.

Que c’est dur de repartir après tant de douceurs mais il faut y aller. Nous voici sur les falaises la vue dominante sur le Rhône est chouette, la brume persiste au loin les photos sont prises sans restriction, il ne faut pas trop reculer pour le selfie sinon c’est le grand saut de l’ange et si vous n’êtes pas mort en arrivant en bas sur les rails, le train se chargera d’abréger vos souffrances. (Humour noir)

Nous voilà redescendus maintenant au bord du fleuve et à l’arrière de la colonne de marcheurs Charles se retrouve au sol le nez collé dans l’herbe. « Alerte ! Claudet, viens vite ! » Aussitôt mise en P.L.S de la victime qui semble inconsciente elle ne répond pas aux questions posées, je suggère à Claudet de prendre les mains et moi les pieds pour jeter le corps à l’eau s’il n’y a plus rien à faire ? Heureusement il s’agissait d’une simulation pour tester notre meneur et Charles a évité les flots glacés in-extrémis. J’ai tendance à réagir un peu trop vite.

Nous allons arriver d’ici peu, nous marchons longuement sur la digue de protection de la vigne contre les inondations et franchissons le pont du Rhône pour revenir à nos voitures.

En dehors de la bonne humeur rien de particulier à signaler sur ce périple sous le soleil ce qui n’était pas gagné vu la pluie de la veille. Claudet s’est magistralement sorti de cette épreuve et devrait-être reçu à l’examen avec mention.

Vivement la prochaine

A.P