Les Photos ICI

Lundi 25 février c’est la sortie organisée par Annette. Direction Oppède le vieux pour visiter le vallon de Combrès.

14 participants sont casés dans trois voitures au départ de Sérignan à 8h30.

Nous avons environ 80 km de route pour rejoindre notre départ pédestre, des petites contrariétés routières nous retardent quelque peu, d’abord des feux de travaux, et à Oppède la voie à suivre est barrée. Après avoir tourné autour du village nous trouvons enfin l’accès au parking.

A 10h15 sac au dos c’est parti pour gravir les 700m de dénivelé prévu par notre guide. Nous franchissons tout d’abord un parc étagé en empruntant plusieurs escaliers. Le GR 6 nous attend pour entamer la grimpette. Si cette rando doit être classée, elle aurait pour thème ‘’ renfort des chevilles’’ en effet nous marchons en permanence sur un tapis de cailloux qui laisse parfois sa place à d'énormes rochers. Cela ne gâche pas notre plaisir, les lieux sont magnifiques et avec en plus, cerise sur le gâteau un soleil d’été. Des cailloux, des cailloux toujours des cailloux, les passages sont parfois étroits entre les parois, les mains sont utiles pour franchir les gros rochers qui doivent faire le lit d’un torrent lors de fortes précipitations. Nous sommes en tee-shirt au mois de février.

La nature a sculpté des ouvrages d’arts, une arche naturelle immense surplombe la végétation, nous nous sentons tout petits dans cette combe qui nous cerne de grandes falaises vertigineuses, l’une d’elles est même perforée de part en part d’un gros orifice et de plus petits à côté, combien d’années d’érosion ont été nécessaires  pour offrir ce spectacle aux créatures éphémères que nous sommes ?

Nous gravissons lentement mais le plus sûrement possible la sortie de cette combe humide aux pierres glissantes. Dans la partie haute de cette dépression nous devons redoubler d’attention et calculer chaque pas sur le passage très étroit qui ne pardonnerait certainement pas la chute. L’exercice est d’autant plus difficile que les blocs de pierres sous nos pieds sont recouverts d’une mousse verte comparable à du verglas.

Nous voilà tirés d’affaire, tout le monde a franchi les obstacles de belle manière.

Nous finissons la montée avant de nous installer pour le repas, il est 12h45.

La faim nous fait taire quelques minutes mais pas longtemps, la livraison de gâteaux nous arrive de tous les côtés et je n’ai pas le mot non dans mon vocabulaire, j’ai ainsi ruiné une semaine d’équilibre alimentaire à faire attention à ce que je mange et à ce que je ne dois pas manger. C’est dur d’être gourmand, mais je le souhaite à tout le monde (hi hi).

Je lance un œil inquisiteur vers Annette qui n’a pas besoin d’entendre ma requête. « Non Alain pas de sieste ! » Alors pour tenir le coup je suis allé voir Philippe et Patrick qui sont équipés de petites fioles au liquide transparent et odorant.

Il nous reste quelques kilomètres à parcourir avec de belles montées et aussi des descentes qui usent les genoux. Un bruit ronflant de moteur ce fait entendre au détour de notre chemin, un camion type GMC de l’armée américaine débouche plus bas devant nous, tout le monde se met sur le côté pour voir passer ce drôle de truc couleur orange. Il transporte plusieurs tonnes de cailloux, il peine mais il est suffisamment puissant pour se hisser sur le plat.

Nous finissons notre périple par la visite du vieux village qui vaut le détour. Au parking, nous quittons nos chaussures au profit de baskets plus légères pour rejoindre un bar ouvert dans le patelin le plus proche.

Annette nous récompense en déballant un gâteau maison aux fruits confits.

Merci Annette pour cette belle randonnée et pour cette bonne pâtisserie.

C’est avec le sentiment d’une belle journée bien remplie que nous remontons en voiture direction Sérignan.

Vivement la prochaine !

A.P