LES RANDONNEURS DE L'HARMAS

Les Chemins sont notre Domaine

Cette rando du 12 avril est placée sous le signe du très beau temps.

Le covoiturage au départ de Sérignan comme d’habitude nous dirige vers le parking de départ, aujourd’hui c’est sur la commune d’ Aleyrac près de Grignan. Au passage nous voyons l’imposant et beau château de madame de Sévigné. Nous voilà arrivés sur le parking de la mairie d’Aleyrac.

Les sacs sont sur le dos, nous sommes prêts à marcher. «  Attendez ! Il manque quelqu’un ! Francis n’a pas pris la bonne route » il s’est fait distancer et erre dans les environs. J’ai pensé qu’un ancien pilote de TGV aurait dû être devant et même avoir semé les autres. Mais non, il a raison la vitesse c’est dépassé, mieux vaut arriver en retard mais arriver. Après un petit guidage téléphonique la voiture et ses 4 passagers sont là, nous pouvons cheminer.

Ce parcours sans difficulté alterne entre les chemins bien larges au soleil et les sentiers plus étroits dans les feuillus. La chaleur est bien là et nous ferons de nombreuses petites haltes pour nous désaltérer et ôter les pulls.

Midi quinze, ouverture du restaurant et après un bon repas, distribution des gâteaux entre les uns et les autres c’est sympa la rando mais on ne perd pas 1 gramme. On attend la SERINGUE ! La SERINGUE ! Robert procède au rituel, devenons nous dépendant de ce…….susucre imbibé??

Le président et madame sont de l’aventure je dois aussi préciser que nous sommes renforcés par la présence d’un couple fort sympathique de randonneurs chevronnés transfuge de l’association de Mondragon. Le président donc nous a regroupés autour de lui pour nous renseigner sur la nouvelle manière d’aborder la randonnée. Chacun d’entre nous recevra d’ici peu les documents afférents.

Les plus vaillants sont déjà debout « attendez encore un peu, on est bien alangui sur l’herbe exposé aux doux rayons du soleil » Il faut partir, il nous reste encore des kilomètres à faire. Petit arrêt au hameau de Citelle pour regarder la chapelle, l’historique fixé au mur de façade indique l’existence d’une verrerie entre le 13ème et 14ème siècle. La peste a décimé la population vers 1650.

C’était la ligne culturelle.

Nous continuons en devisant gentiment, quelques uns prendront un raccourci, nous les récupérerons quelques kilomètres plus loin pour terminer le voyage. Mais, il y a un mais car avant de finir le trajet il va falloir avaler le dénivelé qui s’est réservé en fin de parcours et on ne parle plus, on se concentre on souffle bien. Merci les susucres, ils nous ont été bien utiles.

Bravo les amis, 21km ont été parcourus, il est plus de 17h quand nous ouvrons les portières de nos voitures, le réconfort des sièges est apprécié.

Vivement la prochaine !

A.P